Dimanche dernier, le 17 février de l'année en cours, a touché notre paroisse de Damaia, accueillant les journées de la jeunesse des paroisses de l'Amadora (JVJ) et ont été 200, approximativement, les jeunes qui ont signé et participé.

La mission a été le thème central, car au Portugal, on vit une année missionnaire qui culminera au mois d'octobre prochain, le mois extraordinaire de la mission, décrété par le pape François.

Ainsi, dans la matinée, les jeunes ont été divisés en groupes et chacun d'eux était de jouer, ou de participer à diverses actions missionnaires, dans divers lieux de la paroisse.

A notre centre social est venu un groupe de 37 jeunes gens afin de connaître, quelque peu, le charisme missionnaire de la Congrégation, notre action et notre présence dans ce quartier dégradé, la périphérie de Lisbonne, et l'éveil au bénévolat.

En arrivant dans le quartier, le groupe a tenu un peu dans le même, pour voir les effets dégradants et impressionnants, augmentés par des démolitions déjà effectuées, ou laissées au milieu, et par l'abondance des trafiquants de drogue et des consommateurs, dans lequel les familles qui vivent ici Il reste encore.

En arrivant au centre social et après avoir un café et des boulettes, le groupe a été divisé en plusieurs petits groupes et ont été invités à chacun, en se référant aux paroisses à partir desquelles ils sont venus et de penser à une question concernant le lieu où ils étaient, ce qu'ils avaient vu Dans le voisinage, ou sur la vie et la Mission des sœurs. Les questions étaient plus ou moins les suivantes:

. Pourquoi cette initiative des sœurs de travailler dans ces quartiers?. Quel genre de soutien les sœurs et le centre social donnent-ils aux gens? Qui finance les sœurs? Pourquoi détruisez-vous le voisinage? Les gens qui doivent quitter le quartier restent avec la maison?

Tous ont manifesté un grand intérêt et ont été très participatifs aux réponses qui ont été données aux questions qu'ils ont posées, ce qui a donné lieu à un dialogue très intéressant et interactif. Enfin, nous avons posé la question suivante, pour être aussi répondu en tant que groupe: «que prenez-vous de cette visite, cette rencontre des nôtres»? Les réponses obtenues étaient approximativement les suivantes:

1. nous voyons les gens différemment et devenir plus sensibilisés. 2. le fait que les sœurs aient apporté leur soutien à ceux qui venaient de l'étranger, migrants, est très significatif. 3. Nous savons ce que c'est que d'être missionnaire et de savoir ce qui se passe ici; Nous devrions aussi donner un peu plus de nous et nous pouvons être des bénévoles. 4. il nous a impressionnés la dégradation qui existe et le trafic de drogue intense. 6. L'exemple des sœurs.

Nous, sœurs, avons été très heureux que la réunion s'était écoulée et il semblait évident, aussi, la joie que les jeunes ont exprimé. Dès que nous avons donné et rendre grâce à Dieu!

 

Share
Share
Share