“Éduquer les femmes est d’éduquer un peuple” Mons. Ramón Zubieta

Les sœurs missionnaires dominicaines du Rosaire vivent à 7 km du village de Milange, entouré de quartiers suburbains et ruraux, principalement habité par des migrants de Namarroi, Gurue, Mulumbo, Coromaa et les habitants de la place. Formant les quartiers de: Caombe, Irrumba, oignon et paquet.

Il y a trois écoles primaires jusqu’à la 5e classe, à Caombe, Baita, Irrumba, une école agraire de base avec la prévoyance d’être Collège, dans lequel vous entrez avec la 10e classe. Pour faire des enfants de sixième et septième classe à pied dans les quartiers du village “le 7 avril” ou le “février 3”. Huitième, neuvième et dixième, onzième, dixième seconde classe, marchez jusqu’au centre du village à 7 km.

 Environ 90% des enfants dans ces quartiers qui vont à l’école sont considérés comme illettrés, même s’ils ont la cinquième, la sixième ou la septième classe, ils ne peuvent pas lire ou écrire, et si certains parviennent à lire, ils ne perçoivent pas ce qu’ils lisent. En conséquence, ils ne parviennent pas à progresser dans le secondaire et les classes supérieures, étant analphabètes et exclus.

Parmi les causes qui causent cette situation est l’extrême pauvreté et la lutte pour la survie et l’éducation scolaire pour être dans la langue nationale, portugais, quand la langue commune et la plus parlée est la langue Chichewa.

Certains parents n’apprécient pas les études. Lorsque les enfants ne veulent pas aller à l’école, les parents ne se soucient pas, l’enfant reste à la maison sans demande, puis, ils regardent des lieux de cinéma dans les quartiers et donc plus facilement quitter l’école. Lorsque la jeune fille a 11 à 13 ans, certains parents sont inquiets qu’elle quittera la maison et avoir un homme pour la garder et être en mesure de manger, de sorte que la grossesse et les mariages prématurés sont fréquents. Il y a peu d’enfants dans ces quartiers qui parviennent à surmonter ces barrières.

Dans cette situation, nous nous demandons communauté que nous pourrions faire pour stimuler les enfants dans le goût de l’étude, de lire et de percevoir ce qu’il lit et soutenir la jeune fille, en particulier celui qui ne va pas à l’école ou déjà abandonné. En cette année, nous avons fait 2 groupes de soutien scolaire pour les enfants dans le quartier Caombe, et nous continuons avec la responsabilité de la bibliothèque “pour construire les connaissances” dans la Villa.

 

1. Alphabétisation

Nous travaillons sur l’alphabétisation des enfants et des adolescents qui n’ont jamais été à l’école ou qui ont décliné dans les premières classes. Ils se rencontrent tous les jours dans la soirée du lundi au vendredi dans le Centre “Bambo Ramón” des sœurs missionnaires dominicaines de Caombe, avec le soutien d’un moniteur. Nous avons un groupe de 8 à 12 enfants et adolescents en permanence au cours de l’année. Il a commencé un plus grand groupe et au cours de l’année, certains adolescents, surtout les filles parce qu’ils font de petites entreprises ou ont déjà trouvé “mari”.

En plus des réunions quotidiennes, une sœur fait des réunions hebdomadaires le vendredi pour encourager l’apprentissage avec de petites questions. Ce groupe a également participé à la fête de la journée de l’enfance.

 

2. Enfants ayant une faible performance scolaire

Nous soutenons les enfants de notre quartier, avec une faible performance scolaire, de la deuxième à la septième classe, le samedi de l’après-midi, et un groupe le mercredi dans l’après-midi, avec le soutien de certains jeunes et les sœurs.

Au cours des premiers mois de l’année, nous avons fait des réunions de formation et de préparation de jeunes gens qui travailleront avec les enfants et les adolescents. Nous obtenons des matériaux de recyclage, et avec eux nous préparons le matériel didactique principalement pour les enfants avec le plus de difficulté. Pour cela nous avons eu le soutien d’un jeune bénévole qui a été formé comme un moniteur avec les sœurs dominicaines de l’enseignement de Vilanculos dans les années précédentes, qui partage avec nous son expérience.

Autres activités

Tous les samedis après la réunion, nous faisons la partie récréative, avec des chansons, des danses et des jeux pour encourager les enfants à ne pas se désiste des réunions.

Au mois de juin, nous célébrons le jour de l’enfant, avec des jeux, des compétitions de portugais, des chants, des danses et nous terminons la journée avec un délicieux déjeuner.

 

Bibliothèque «bâtir la connaissance»

Au cours de cette année, nous continuons à accompagner la bibliothèque «construire ou savoir» dans le village, où les étudiants des écoles secondaires, pré-universitaires et étudiants qui vont effectuer des examens d’admission pour différents cours et professions, mettant à leur Disponibilité de livres de bibliothèque et d’une personne responsable pour répondre aux besoins des jeunes.

Nous remercions de tout cœur Dieu, les sœurs, les familles, les amis et les bienfaiteurs qui ont mis leur grain de sable à réaliser cette expérience, qui a suscité dans les enfants et les adolescents le goût de l’étude et a aidé les filles à regagner leur estime de soi et Tous deviennent progressivement des bâtisseurs d’un avenir et d’une société d’une manière positive.

«Ce que vous avez fait avec mes frères et sœurs plus jeunes avec moi que vous avez fait» (Mt 25)

Centro “Bambo Ramón
” milange-Mozambique

 

Share
Share
Share