Partager l'expérience de notre première année de postulat

"essayez de façonner votre volonté avec Dieu et tout faire pour l'amour" Mons. Ramón Zubieta

Quand nous avons pris soin de nous nous sommes sentis beaucoup de difficulté à synthétiser ce qui était le plus important dans notre promenade dans la première année de postulat. Cette phrase de notre père fondateur nous a nourris et nous a beaucoup aidés, surtout quand il n'était pas si clair pour nous d'ajuster notre volonté à la volonté de Dieu.

Qu'est-ce qui nous a fait grandir au cours de cette première année de postulat?

D'abord la promotion des soeurs quand nous sommes arrivés à la Communauté, leur joie, les chansons avec le "batuque", avec le "Chiquitse", avec le "Tungululus". Aussi la promotion des Soeurs de la communauté de S. Tomás à Maputo. Dès le premier moment nous avons senti que nous étions rentrés à la maison.

Il nous a également aidés à la semaine d'intégration avec le partage de chacune des Soeurs de leur vocation et de leur vie missionnaire. Cela nous a enseigné à parler sans crainte de la façon dont notre propre vocation est née et des motivations qui nous ont amenés à vouloir être des missionnaires dominicains. Cela nous a marqués non seulement à cette époque où nous avons commencé notre chemin, mais aussi tout au long de l'année, nous pensons que c'est si nous grandissons et augmente également notre désir d'appartenir à cette famille.

Un autre des points saillants comme important a été la retraite de préparation pour l'entrée dans le postulat, ainsi que la célébration elle-même avec les symboles de la "Peneira" (tamis typique utilisé en Afrique) et le "copulara" (tissu traditionnel utilisé par les femmes africaines). Le premier symbole pour apprendre à tamiser, à choisir le vrai grain du grain qui nous a laissés vides et ne porte pas de fruits.  Et la copulation afin que nous ne nous avons perdu notre identité des femmes africaines et la proximité avec les gens simples de notre peuple.

Nous avons été très heureux de participer aux classes intercongrégations de la ISMMA (Institut supérieur mère de l'Afrique) avec les candidats d'autres paroisses non seulement pour le contenu de divers sujets, mais aussi pour la coexistence avec d'autres compagnons qui Ils faisaient la même expérience que nous. Il nous a également aidés à partager entre toute l'identité de notre Congrégation et de ses fondateurs parce que cela a contribué à approfondir ce qui est spécifique à nous et ce que nous voulons être continuel.

Au sujet des classes que nous avions dans la Communauté, nous trouvons qu'il est difficile ce que nous avions plus, parce que chaque sœur nous a donné le meilleur d'elle-même, non seulement dans la connaissance, mais transmitiéndolos sa propre expérience de la vie. Mais il y en avait un qui nous a beaucoup défié, c'était "l'itinéraire de la vie intérieure" parce qu'il nous a fait prendre conscience du manque de silence intérieur et de la difficulté d'obtenir, nous le portons comme une tâche pour la deuxième année et peut-être pour toute une vie.

Nous avons estimé qu'un autre aspect qui nous a aidés à grandir était l'accompagnement personnel parce qu'il nous a amenés à nous connaître et à nous accepter comme nous le sommes. Cependant, nous soulignons aussi l'importance de l'accompagnement de toute la communauté et même de la communauté de Maputo. Ce qui reste en nous, c'est que toutes les soeurs veulent nous voir marcher bien.

Enfin, nous nous référons à l'environnement de la Communauté, le mode de vie des sœurs, en particulier que notre Porta est toujours ouvert à ceux qui ont le plus besoin. Nous pensons que cela renforce le désir que nous avons apporté de vouloir être missionnaires dominicains du Rosaire au service des plus pauvres.

Cependant tout n'était pas rose, sœurs, nous avons également trouvé de nombreux jours avec des «épines» et même ressenti la tentation de revenir pour après, mais avec le défi de la fidélité et le courage de nos pères fondateurs et le soutien de la Communauté, nous sommes heureux d'avoir Vaincre cette tentation.

Et comme les symboles parlent, nous disons à la fin que nous avons commencé la deuxième année de postulat le 24 février avec le symbole du bambou, ce qui signifiait pour nous de prendre un autre saut le long du chemin. Et encore une fois, nous nous sentons encouragés et contestés par nos fondateurs: «Soyez forts et stables. Lorsque vous vous sentez faible, tournez-vous vers Dieu que vous ne manquez jamais» (Ramón Zubieta)

Merci beaucoup soeurs pour votre aide près et loin, parce que nous nous sentons toujours accompagnés.

Les requérantes Antonia, Tarcila et Teresa Community de S. Domingos, Mahotas, Moçambique

[taille de la Galerie = "medium" IDS = "5741, 5740, 5739, 5738, 5737"]

Share
Share
Share